THE BOOK SHELF: La poétesse de Dartmouth Veronica Eley partage son parcours de guérison

Veronica Eley n’a jamais voulu publier aucun des plus de 600 poèmes qu’elle a écrits sur des journaux intimes, des cahiers et des feuilles mobiles. Les poèmes beaux et audacieux qu’il a créés à l’âge moyen étaient sa façon de tracer – avec une honnêteté brûlante – son voyage de guérison du traumatisme de l’enfance vers un lieu de bien-être.

“Ma compréhension de moi-même s’est approfondie grâce au rôle transformateur que joue la poésie dans ma guérison”, a écrit Eley dans la note de l’auteur de son premier recueil de poèmes intitulé The Blue Dragonfly: Healing Through Poetry (Hidden Book Press). “Je suis devenu une personne pleinement intégrée pour la première fois de ma vie.”

Ce qui a commencé comme un journal thérapeutique pour traiter la douleur accablante, les traumatismes et une période de 30 ans de troubles mentaux non traités – trouble bipolaire, trouble de la personnalité limite, trouble anxieux et trouble post-traumatique – s’est progressivement transformé en une collection en trois parties de 120 poèmes exprimant ses expériences intimes avec la maladie mentale, les traumatismes, les interventions et finalement le pardon et la guérison. Son poème intitulé “Love” fait partie de la dernière section du livre et apparaît sous le sous-titre “Home”.

amour

un cercle, sans commencement, sans fin

le coffre au trésor de la vie s’accumule

le bouton en étain sauvé de la maison de mon enfance

le bouton vert de Christine’s Burberry

le bouton mauve du manteau de ma mère

chaque bouton avait son histoire et sa mémoire

pourtant ils s’entendaient tous bien dans le bocal

la nature informe la ville

la ville éclaire

graver dans mon esprit

un paysage

Veronica Eley est l'auteur de The Blue Dragonfly: Healing Through Poetry.  - Contribué
Veronica Eley est l’auteur de The Blue Dragonfly: Healing Through Poetry. – Contribué

Eley, qui vit maintenant à Dartmouth, n’a commencé à écrire qu’à l’âge mûr. La libellule bleue est sortie à l’âge de 71 ans. Alors qu’elle terminait sa maîtrise en éducation à Toronto au début des années 2000, elle a eu l’inspiration de tenir un journal après avoir été initiée au concept de “à l’envers, à l’intérieur”.

Il le décrit comme un outil de décryptage de soi par rapport au monde extérieur.

“Il y a un FLUX de l’intérieur vers le monde extérieur qui contrebalance un flux extérieur du monde objectif vers le moi personnel, constituant un processus fluide – par exemple, une lune, une étoile, un éclair est enregistré d’une manière perçue de l’âme à travers l’expression tactile de l’écriture d’un poème », a-t-il écrit dans un e-mail après avoir refusé une interview plus formelle.

« Une fois cette habitude et ce processus établis, j’ai produit beaucoup, trop de poèmes. Je l’ai fait entièrement pour moi-même, et cela m’a lentement soulagé de mes problèmes d’identité déroutants.”

Au moment où elle écrivait, elle était traitée par un psychiatre freudien de l’hôpital Mount Sinai de Toronto qui s’est intéressé à sa poésie.

« Grâce au processus de journalisation, les poèmes se sont épanouis. Je voudrais partager ces poèmes avec mon psychiatre. Ce serait notre conversation. Il n’a jamais posé de questions, laissez-moi plutôt vous expliquer. C’était un endroit encourageant, sûr et positif. Il disait souvent que la poésie était belle. Je me sentais comme un chat avec une soucoupe de lait », a écrit Eley dans un e-mail.

Finalement, elle sélectionne et organise ses poèmes et accepte de les publier, avec l’aide et les encouragements de son mari, Roger Langen. Il est l’éditeur du livre.

“Les poèmes ont d’abord été écrits uniquement pour le poète”, écrit Langen dans la préface du livre. “Telles qu’elles sont publiées ici, elles sont, en second lieu, un message à sa mère et à son père (plus tard décédés) et un témoignage à ses enfants : une fille et deux fils perdus au début d’un voyage difficile. Espérons que ce même message sera également utile pour les étrangers.”

À travers sa poésie, Eley permet aux lecteurs de voyager avec elle à travers son traumatisme personnel et sa maladie mentale vers un lieu d’auto-guérison. Il utilise souvent des images belles et évocatrices pour évoquer la douleur et la confusion des souvenirs et des troubles mentaux. Au milieu de son poème “perte de mémoire”, il écrit :

couches

de perte de mémoire

comme la croûte

de la terre

érosion

d’un

berge de rivière

une forêt tropicale

en difficulté

je reconstruis

le passé

porter

lentilles de protection

éviter

tranchant

objets volants

Eley continue d’écrire de la poésie depuis sa maison de Dartmouth.

    - Contribué
– Contribué

Un goût de nature

Formac Publishing a publié une nouvelle édition du livre de cuisine classique, A Taste of the Wild: Recipes for 40 Common Foraged Plants from across Canada: Drinks, Desserts, Nutrition and more. Écrit par Blanche Pownall Garrett, le livre de cuisine a été publié pour la première fois en 1975. La nouvelle édition comprend plus de 160 recettes mises à jour utilisant 40 plantes communes, sauvages et comestibles, telles que les mûres et les framboises. Organisé par saison, chaque section du livre fournit des informations sur où trouver la plante ainsi que des photos en couleur pour aider à l’identifier.

Mondes peints

Laurie Dalton, directrice et conservatrice de l’Acadia University Art Gallery, a publié Painted worlds: The Art of Maud Lewis, A Critical Perspective (Nimbus Publishing).

« Un autre livre sur Maud Lewis ? Y a-t-il encore quelque chose à dire, ou s’agit-il d’une énième rumeur justifiant son histoire et son héritage ? », écrit Dalton dans la préface du livre.

Dalton a plus à dire. Elle propose une histoire de l’art critique des œuvres de l’artiste emblématique de la Nouvelle-Écosse et invite les lecteurs à élargir leur compréhension d’elle en tant qu’artiste et à ne pas la considérer comme une artiste non formée, non qualifiée et travaillant dans un isolement total.

« Examiner vraiment les peintures de Maud Lewis prend du temps ; en voir un, ce n’est pas les avoir tous vus. Ce livre soutient que les peintures doivent être vues dans le contexte culturel du XXe siècle: de la culture publicitaire qui ferait son chemin dans son travail, à la création de mythes entourant l’artiste conduits par les institutions et les médias populaires, au langage de la culture visuelle et histoire des arts. Ce que ce livre invite le lecteur à faire, c’est de repenser et de réexaminer les peintures de Maud Lewis », écrit Dalton.

Personne animale

Alexander MacLeod lancera sa collection de nouvelles, Animal Person (McClelland & Stewart) le 6 avril à 19 h à la Halifax Central Library. MacLeod lira ses histoires et parlera de ses écrits avec Francesca Ekwuyasi, l’auteur de Butter Honey Pig Bread.

“Les huit histoires de Animal Person éclairent ce que signifie exister dans l’espace dangereux entre le désir et l’action, et avoir foi en ce que vous tenez pour vrai boucle et boucle”, selon Penguin Random House Canada.

Leave a Comment

Your email address will not be published.