Il est de notre devoir de faire vivre la joie du cinéma – The Western Weekender

Aller au cinéma est l’une des grandes escapades relaxantes pour moi.

C’est aussi un rendez-vous masculin pour l’un de mes meilleurs amis et moi – une fois toutes les quelques semaines, un dîner indien et une visite au cinéma pour voir un film (avec du pop-corn en guise de dessert, bien sûr).

Je ne me souviens pas d’une époque où les films ne faisaient pas partie de ma vie.
Pendant des années, mon père et moi nous sommes rendus en ville tous les samedis pour voir le dernier film à succès au cinéma George Street.

Je me souviens même de l’horaire des trains : le train « country » de 7 h 33 de Penrith à Central et le train de 14 h 02 pour rentrer à la maison. 15:02 si le film était particulièrement long.

Nous avons également vu de nombreux films ici à Penrith, y compris au complexe Hayden Cinema sur Lawson Street, où j’ai vu l’un de mes films d’action préférés des années 90, “Speed”, et 1997 “Titanic”.

Je pense avoir vu “Home Alone” environ quatre fois pendant des vacances d’été, y compris au Panthers Leagues Club, qui avait autrefois son propre cinéma.

Je m’attendais aussi à aller au cinéma chaque fois que j’étais avec ma grand-mère pendant les vacances scolaires.

Arrêt à Bankstown Hoyts, généralement suivi d’un voyage chez McDonald’s.

Je me souviens quand elle m’a emmené voir “True Lies” en 1994. Je n’avais que 11 ans et elle avait entendu dire qu’il contenait une scène torride impliquant Jamie Lee Curtis, alors elle est allée la voir elle-même quelques jours plus tôt pour lui donner signe d’approbation.

Pour moi, rien ne vaut l’expérience de voir un film sur grand écran. Avec votre partenaire, avec un compagnon, seul … il y a juste quelque chose de spécial qui ne peut pas être reproduit ailleurs.

Mais l’avenir des cinémas, notamment des grands multiplexes, semble avoir toujours été en danger.

Qu’il s’agisse de l’essor des cinémas maison, de l’introduction du DVD puis du Blu-Ray, ou de l’arrivée de la télévision payante en Australie, quelque chose s’est toujours caché en arrière-plan, prêt à bondir et à détruire l’un des grands passe-temps. .

Services de diffusion en continu ? Eh bien, il y a toutes les chances qu’ils puissent porter le coup fatal, avec COVID-19.

Je suis allé au cinéma pendant la pandémie, mais beaucoup d’autres ne l’ont pas fait, et beaucoup pourraient ne jamais revenir.

Mon ami et moi nous sommes assis dans des cinémas presque vides en 2020 et pendant une partie de 2021, voyant certainement des films qui n’auraient peut-être pas osé s’appeler des blockbusters, ou même des ombres de blockbusters.

Aller au cinéma est une expérience précieuse.

Le foyer et les cinémas eux-mêmes ressemblaient à des villes fantômes, car les gens avaient peur de regarder les films ou, dans certains cas, ignoraient même que les complexes cinématographiques avaient rouvert assez rapidement après la levée des fermetures.

Ironiquement, les cinémas étaient si calmes qu’ils étaient probablement parmi les endroits les plus sûrs.

Mais même maintenant, les gens semblent avoir peur de retourner au cinéma. Je vois constamment des amis choqués que d’autres soient au cinéma, comme si COVID se cachait derrière la machine à égouts, attendant d’attaquer.

‘Spiderman’ et ‘Scream’ ont donné un petit coup de pouce ces derniers temps, mais c’est autre chose : pour qu’un film ait du succès dans les salles de nos jours, il faut qu’il s’agisse d’un blockbuster de super-héros ou d’un film d’horreur de niche.

Il y a peu de place maintenant pour les films à mi-chemin et le “film de filles” semble mort.

Aller au cinéma est toujours une expérience raisonnablement bon marché par rapport à d’autres options de divertissement, mais si l’on considère la quantité de contenu disponible pour nous grâce à des services de streaming abordables de nos jours, il est compréhensible que les gens choisissent de rester à la maison, s’assoient sur le canapé , et jouer sur leur téléphone tout en regardant à moitié la dernière émission télévisée ou le dernier film conçu pour le streaming.

Mais nous ne pouvons pas laisser l’expérience disparaître avec notre génération. Aller au cinéma est une expérience joyeuse et ce serait terrible pour nos enfants de ne le vivre que comme une nouveauté plutôt que comme faisant partie de la croissance.

Peut-être que les grandes chaînes doivent faire de la publicité non pas pour les films eux-mêmes, mais pour l’expérience réelle. Une campagne est nécessaire pour revigorer l’idée d’aller au cinéma, surtout dans un monde post-COVID.

Sinon, il disparaîtra avant que nous le sachions, et nous nous plaindrons tous de son passage dans les annales de l’histoire.

En attendant, si vous n’êtes pas allé au cinéma depuis un moment, il est maintenant temps de réserver ces billets et de revivre une vieille joie.

Leave a Comment

Your email address will not be published.