Le projet d’amendement à la loi sur le cinéma reçoit des commentaires controversés

VIETNAM, 30 mars –

Mardi, le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme Nguyễn Văn Hùng s’exprime lors d’une réunion de députés à plein temps de l’AN sur un projet d’amendement à la loi sur le cinéma. – Photo VNA / VNS

HÀ NỘI – La première réunion des députés à temps plein de la 15e Assemblée nationale (AN) s’est achevée mardi après la discussion d’un projet d’amendement à la loi sur le cinéma et à la loi sur les assurances.

Dans la matinée, lors du débat sur la loi sur le cinéma, les députés ont discuté des propositions d’amendements à la production cinématographique, en particulier la production cinématographique d’individus et d’organisations étrangers au Vietnam, et la post-inspection.

Se référant à la réglementation sur la production de films au Vietnam par des organisations et des particuliers étrangers, certaines suggestions étaient que la demande de licence ne devrait exiger qu’un scénario pour un résumé du film au Vietnam plutôt que le scénario.

Le délégué de la province de Bắc Giang, Trần Văn Lâm, a déclaré qu’il était nécessaire de simplifier davantage les procédures administratives, en particulier celles relatives à l’évaluation et à l’octroi de licences aux organisations et individus étrangers qui souhaitaient tourner des films au Vietnam.

“Les réglementations actuelles sont trop strictes”, a déclaré Lâm, ajoutant que des réglementations plus flexibles sont nécessaires pour mieux attirer les cinéastes étrangers afin de promouvoir le pays et le peuple du Việt Nam dans le monde.

“Il faut renforcer la gestion de l’Etat, mais il ne faut pas non plus faire des choses trop spécifiques et méticuleuses, qui causent des difficultés et des contraintes pour les activités cinématographiques”, a-t-il dit.

D’autres députés ont suggéré de clarifier le processus de coopération en matière de production cinématographique et les responsabilités des établissements cinématographiques nationaux lorsqu’ils fournissent des services cinématographiques à des organisations et particuliers étrangers.

Le député Trần Thị Hoa Ry de la province de Bạc Liêu a déclaré que les incitations pour attirer des réalisateurs étrangers au Vietnam pour faire des films sont très importantes, contribuant à promouvoir les images du pays et du peuple vietnamiens, accélérant le développement du cinéma et du tourisme et des services connexes.

Pour les films qui accomplissent des tâches politiques, l’État devrait avoir un mécanisme pour encourager, parrainer et investir, a déclaré Ry.

Il était également nécessaire de minimiser le phénomène où il y a trop de scénarios faibles, a-t-il déclaré, appelant à de nouveaux investissements dans le scénario et à un resserrement post-inspection pour éviter les œuvres cinématographiques de mauvaise qualité.

Le député Nguyễn Thị Phú Hà de la province de Hòa Bình a déclaré que le projet devrait clarifier davantage la question de l’investissement dans des projets cinématographiques utilisant le budget de l’État.

En outre, une réforme administrative et d’autres solutions devraient être mises en œuvre pour attirer des ressources sociales pour les activités de production cinématographique, encourageant de plus en plus d’organisations et d’individus à participer aux activités de production cinématographique, a-t-il déclaré.

“Pas de repas gratuit”

Répondant aux inquiétudes des députés concernant le fonds de développement du cinéma qui fait partie de la loi sur le cinéma depuis 16 ans mais n’a pas encore été créé, le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme Nguyễn Văn Hùng a déclaré que le règlement sur le fonds devrait être maintenu dans la loi révisée.

Hùng a déclaré que c’était en partie la faute du ministère en tant que conseiller du gouvernement dans la création du fonds.

Mais conserver les dispositions dans le projet signifiait que si le pays disposait d’un fonds pour soutenir le développement de l’industrie cinématographique, nous ne serions pas dépendants de certains fonds étrangers qu’ils souhaitaient parrainer à certaines conditions.

“Nous savons qu’il n’y a pas de déjeuner gratuit”, a déclaré le ministre.

En ce qui concerne le projet de fournir des services de production cinématographique aux organisations et particuliers étrangers, le nouveau projet stipule que lors de la demande d’une licence de production cinématographique, au lieu du film complet, seuls un scénario résumé du film et les détails du scénario du contenu sont requis. tourné au Vietnam. texte tel qu’indiqué dans le projet présenté à l’Assemblée nationale en 2e session.

Cependant, Hùng a quand même insisté pour que le script complet soit fourni.

“Nous étudions les lois cinématographiques de la Chine et de la Thaïlande, elles exigent toutes un scénario complet”, a déclaré Hùng.

Il a cité un film américain qui comprenait des images d’un soldat qui a rejoint la guerre du Vietnam. Il n’y avait rien de mal avec le scénario qui a été tourné au Vietnam à l’époque, cependant, d’autres plans tournés aux États-Unis présentaient différentes choses qualifiant la lutte vietnamienne contre les envahisseurs de guerre illicite.

« Si nous ne comprenons pas le scénario général et n’acceptons pas le segment au Việt Nam, cela affectera la sécurité politique, la défense nationale et la sécurité à l’avenir. Qui en sera responsable ?” dit Hung. -VNS

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *