RRR Movie Review: SS Rajamouli livre un film d’action mythologique épique mettant en scène un super-héros

RRR est un mélange de genres rugissant, fougueux et écrasant – épique-mythologique-action-super-héros-bromance, ce même mélange de SS Rajamouli, que l’on est invité à avaler d’un trait. Il est aussi, inutile de le dire, assourdissant. Mais comme le film m’a obligé à m’accrocher et m’a donné beaucoup de plaisir à le tourner, j’étais content, pour une fois, de sacrifier temporairement mes oreilles. Le film de plus de trois heures, une saga patriotique se déroulant dans l’Inde britannique des années 1920, démontre plusieurs choses à la fois. Que, pour les cinéastes et les téléspectateurs indiens, il n’y aura jamais de source d’histoires plus grande et plus durable que Ramayan et le Mahabharat. Lequel, si vous voulez être vraiment en sécurité, choisissez non pas une seule superstar, mais deux d’entre elles. Et si vous voulez du gros, allez voir Rajamouli, la plus grande superstar de toutes : les “taalis” les plus bruyants étaient réservés à son clin d’œil au générique.

RRR démontre également que si l’iconographie générale de ses films est hindoue, tout comme dans ‘Baahubali’, il est tout à fait possible de l’utiliser sans diaboliser, ou d’autres minorités, même en donnant à ces dernières un bref aperçu du déroulement. L’un de ses héros ne s’appelle pas seulement Ram, alias Alluri Sitarama Raju (Ram Charan), mais apparaît également dans l’avatar “dhanush-baan-teer-kamaan”, pour vaincre les envahisseurs maléfiques de notre terre bien-aimée. Et l’amour de la vie de Ram s’appelle, quoi d’autre, Sita (Alia Bhatt). L’autre héros est brièvement nommé Akhtar (personne ne dit qu’il n’y avait pas de musulmans dans ce conte, voyez-vous) avant de passer à son original, Komaram Bheem (Jr NTR), un Gond tribal qui se transforme en révolutionnaire.

Apparemment, ces deux messieurs étaient de vraies personnes, mais le complot de Rajamouli n’est pas seulement imaginaire, il est fantastique, grouillant de bêtes sauvages qui se précipitent hors des cages pour détruire une fête organisée par les “goras”, des mortels qui sont fouettés et battus sans pitié, mordus par des serpents venimeux, transpercés près du cœur par des balles, mais titubant sur leurs pieds, vivant pour voir un autre jour. Le secret pour nous faire croire est la conviction totale du cinéaste, et Rajamouli est une main : à un moment donné, Ram et Akhtar se serrent la main sur un pont en feu, avec une banderole courant sur l’écran : Inde, 1920. Bhai, bhai, voir?

Mais ce sont de simples points d’intrigue. La vraie affaire est le combat physique fétichiste des deux héros, dans une série de scènes qui leur donnent une chance de danser (“Naatu Naatu” est l’une des séquences de chansons et de danses les plus exaltantes que j’ai vues depuis un moment), romance, chance de chance et se donnent la main pour poursuivre leur ennemi commun.

Les rangs des Britanniques au visage rouge ressemblent à un flashback de “Lagaan”, notamment la présence d’une belle fille (Olivia Morris) qui a un penchant pour les tribus brutes, nous rappelant la jeune femme qui aimait le Bhuvan d’Aamir Khan. Mais le reste d’entre eux sont de vrais monstres, notamment Lord et Lady Scott (Ray Stevenson et Alison Doody), qui sont amenés à dire des blagues comme «ces bâtards bruns; ils feront rôtir des cochons sur un lit de braise », et « je veux voir du sang, encore du sang » alors qu’ils distribuent des fouets à clous et se font claquer les lèvres dans une orgie d’extase.

Ajay Devgn se présente comme un rebelle courageux qui apprend au jeune Ram à viser correctement et sincèrement, Shriya Saran sa femme tout aussi courageuse et Makrand Deshpande dans une figure sans grand chose à faire. Alia Bhatt n’a qu’un peu plus d’espace à l’écran, mais elle parvient à faire sa part. Mis à part ces fléchettes occasionnelles, le film revient sans cesse à ses deux R, bavant amoureusement sur leurs corps plissés exécutant des exploits immortels. R et R tirent et sifflent et terminent avec un paninde triomphante, simple bharat mahaan anthem, avec ce raccourci du troisième R.

Casting du film RRR : Jr NTR, Ram Charan, Ajay Devgn, Alia Bhatt, Olivia Morris, Ray Stevenson, Alison Doody, Shriya Saran
Réalisateur du film RRR : SS Rajamouli
Classement des films RRR : 3,5 étoiles

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *