Pakistan moi médias ka buhraan

Photo de la couverture du livre.  - fourni par l'auteur
Photo de la couverture du livre. – fourni par l’auteur

Les médias pakistanais, qu’ils soient papier ou électroniques, ont du mal ces jours-ci ; des lois draconiennes continuent d’entraver le processus de collecte d’informations et des organes controversés favorisent les puissants plutôt que les braves.

Les ordonnances et les autorités ont limité l’expressivité des travailleurs des médias et la vérité est devenue une rareté. Pour les étudiants moyens, la situation est plutôt sombre, mais ils ont la chance qu’un livre concis soit là pour les guider. S’ils jugent le “présent” intolérable, ils doivent connaître le “passé” et les luttes qui ont ouvert la voie à un “futur” prospère.

Publié par Badalti Dunya Publications, “Pakistan main Media ka Buhraan”, est un livre de savoir-tout pour les étudiants en médias, les amateurs d’histoire et les journalistes dans le besoin.

Cela leur donne un aperçu clair de ce qui s’est passé dans les médias au fil des ans. Rédigé en ourdou par le professeur Tauseef Ahmed Khan et Irfan Aziz, il résumait les pressions exercées par les “dirigeants” et la “résistance” de la communauté de l’information à travers le Pakistan.

Considérés comme le “quatrième pouvoir”, les médias n’ont jamais excellé au Pakistan, qu’il s’agisse d’un gouvernement militaire ou civil. Le livre aborde les contraintes et la censure imposées par les gouvernements successifs à la presse, ainsi que les points de vue de journalistes chevronnés qui ont défié les mouvements depuis la création du Pakistan.

La liste comprend des journalistes de haut niveau tels que Mazhar Abbas, la rédactrice en chef Dawn Zafar Abbas, la rédactrice en chef Jang Mudassir Mirza et des experts régionaux tels que Anwar Sajidi (Balouchistan) et Sohail Sangi (Sindh). La manière dont IA Rehman et Muhammad Zia-Uddin, récemment décédés, ont lié l’oppression de la presse dans les années 1950 à la situation actuelle est une révélation pour ceux qui considèrent que le “présent” est le plus tendu.

L’acquisition de Progressive Papers Limited (PPL) en 1959, la création du National Press Trust dans les années 1960 et la fermeture des journaux pro-PPP en 1977/78, est une réalité qui ne s’oublie pas. La lutte pour la liberté de la presse des journalistes, contre le “journalisme distribué” de l’ère Ayub, les mesures prises par l’administrateur en chef de la loi martiale Zulfiqar Ali Bhutto ou la période intolérable du général Zia-ul-Haq, s’étale sur 410 pages – livre.

Le livre comprend quatre longs chapitres. Le premier chapitre retrace l’histoire des luttes de la presse dans cette partie du monde, le second évoque les prétendues aides apportées à la “presse” au nom de la liberté.

Le “contrôle” invisible et l’épée qui pend au-dessus de la tête des imprimeurs font également partie du deuxième chapitre. Le troisième chapitre couvre le passé récent, les trois dernières décennies environ. La création d’autorités de régulation pour saper les institutions de la presse écrite et des médias électroniques fait également partie de ce chapitre. Le dernier chapitre est consacré aux premiers croisés de la liberté de la presse. Il existe de nombreuses informations sur les personnes dans les médias qui ont perdu leur emploi pour avoir fait entendre leur voix en faveur de la liberté de la presse au Pakistan.

Membre honoraire à vie du Karachi Press Club, le professeur Tauseef Ahmed est un visiteur fréquent du “Club” et est facilement accessible. Les étudiants et les journalistes prometteurs sont généralement là pour demander des conseils et des orientations. Ancien chef du département de communication de masse de la FUUAST, le professeur Tauseef Ahmed Khan a également écrit deux livres sur le journalisme.

L’un est “L’histoire alternative du journalisme au Pakistan” et l’autre porte sur le rôle des organisations journalistiques en ce qui concerne la liberté de la presse au Pakistan. Il a été un membre actif de la NSF (National Student Federation) dans les années 1970 et a donc des opinions progressistes. Écrit en collaboration avec son collègue Irfan Aziz, le livre est une source d’informations précieuses et une lecture incontournable.


L’écrivain est un producteur senior sur Geo TV.

Leave a Comment

Your email address will not be published.