Le cinéma gonflable Picturetime en Inde mise sur “RRR”: le premier week-end est plein à la maison

La société de cinéma gonflable et mobile Picturetime a mis tous ses espoirs dans la réponse au film indien très attendu, SS Rajamouli’s RRR. Le film sortira en salles le 25 mars. Les cinémas ont retrouvé une occupation à 100 % dans la plupart des États de l’Inde, mais ont enregistré un très faible nombre d’adhésions. Picturetime cherche maintenant à relancer l’entreprise avec la sortie de RRR.

Avec Alia Bhatt, Ram Charan, NT Rama Rao Junior et Ajay Devgn dans les rôles principaux, le film sortira sur 12 écrans Picturetime à Telangana, Andhra Pradesh, Ladakh et Haryana en Inde. Avec 120 places chacune, la réservation à l’avance pour le film était déjà complète pour tout le week-end – tous les spectacles jusqu’au vendredi, samedi et dimanche.

Le fondateur et PDG indien de Picturetime Digiplex Pvt Ltd, Sushil Chaudhary, a lancé le cinéma mobile gonflable en Inde en 2015. Picturetime compte actuellement environ 40 cinémas gonflables à travers l’Inde. Six d’entre eux ont ouvert avec la sortie de RRR.

Examinons le fonctionnement, les avantages et les inconvénients du cinéma gonflable en Inde ; et comment Picturetime a réussi à rester à flot malgré la fermeture des cinémas au cours des deux dernières années.

Le besoin de cinéma mobile en Inde

Chaudhary est un entrepreneur technologique qui a passé 14 ans hors de l’Inde. Il a dirigé sa propre entreprise avant de retourner en Inde en 2014. Il dit que les films ont toujours occupé une place importante dans sa vie et qu’il s’est rendu compte que “la vie ne se limite pas aux besoins de base pour la nourriture, les vêtements et le logement”, immédiatement après son retour en Inde. . Il ajoute: “La santé mentale et la satisfaction sont importantes et j’ai senti que la satisfaction est quelque chose que Amitabh Bachchan (star de Bollywood) et Rajinikanth (star indienne) nous donnent.”

Il poursuit en expliquant que l’idée principale derrière son concept de théâtre mobile était de réduire le coût de construction et de s’assurer que cela se traduit par moins de permis de la part des gouvernements. Il voulait cibler la faible densité d’écran en Inde, en particulier l’Inde rurale. « Nos écrans DCI peuvent être installés pour moins de 0,13 million de dollars. Ils prennent également très peu de temps à installer. Les coûts d’exploitation sont encore meilleurs car nous n’avons pas à nous soucier de la plomberie, du drainage, etc. Les règles de sécurité sont aussi plus faciles à respecter ».

Ces dernières années, Picturetime a installé des théâtres gonflables dans des zones semi-urbaines à faible densité de théâtres et construit des installations telles que des aires de restauration autour d’eux. Bien que cela ressemble à un multiplex, cela augmente également les revenus.

L’année dernière, le territoire de l’Union indienne du Ladakh a eu son premier cinéma lorsque Picturetime en a installé un en août. Il faisait partie de la première édition du Festival du film himalayen qui s’y est tenu en 2021. Ranveer Singh-vedette 83 et celle d’Akshay Kumar L’éxtremité inferieur de la cloche ils ont été projetés à ce moment-là. Plus tôt ce mois-ci, Les archives du Cachemire il a également été créé dans les locaux de Picturetime installés au Ladakh, en Inde.

Comment Picturetime a géré la fermeture des cinémas en raison d’une pandémie

Parlant du pic de la deuxième vague de coronavirus, Chaudhary déclare : « Nous avons transformé nos théâtres en installations d’isolement Covid-19. Nous avons construit 37 hôpitaux et 1400 salles d’isolement et de soins intensifs à travers l’Inde. Nous avons commencé à utiliser notre établissement à des fins sanitaires et médicales. Cela nous a donné beaucoup d’argent ainsi qu’un bon nom. C’est ainsi qu’on a pu soutenir une pandémie alors que les investissements et les déblocages n’étaient pas au rendez-vous. »

Picturetime diversifie également l’utilisation des théâtres gonflables et l’utilise pour établir des relations de commerce électronique et fournir une plate-forme publique-gouvernementale pour les messages sociaux. Il s’engage également dans de nombreux autres partenariats de sensibilisation rurale avec le gouvernement et les sociétés multinationales. Des cinémas mobiles Picturetime ont été utilisés pour le festival du film organisé par l’État qui s’est tenu récemment à Arunachal Pradesh, en Inde.

Cinéma Gonflable Vs Cinéma Extérieur et autres formats

Les théâtres en plein air sont également une alternative intéressante aux cinémas traditionnels. Cependant, la qualité sonore n’est rien comparée à un théâtre. Le matériau utilisé pour les salles gonflables de Picturetime garantit que l’acoustique vous fera oublier que vous n’êtes pas dans un multiplex. Deepak Sahu, directeur des opérations techniques de Picture Time Digiplex Pvt Ltd, explique que les cinémas fonctionnent avec un système de son numérique 5.1. Le son Dolby devrait bientôt être introduit dans leur cinéma mobile, ajoute-t-il.

Qu’il s’agisse d’un toit, d’un drive-in ou de tout autre style, les cinémas en plein air sont une expérience de luxe. D’autre part, les cinémas gonflables offrent la possibilité aux habitants des zones rurales de vivre l’expérience d’un cinéma multiplex, une meilleure expérience que le cinéma sous tente. C’est un moyen pratique de divertissement. Avec des prix des billets allant de 0,66 $ à 3,93 $, Picturetime est bon marché même par rapport aux salles à écran unique.

Gestion des recettes et des tarifs réduits

Chaudhary déclare : “Alors que les multiplexes obtiennent généralement 30 % de sièges, nous diffusons des films populaires avec 70 à 80 % d’occupation. Cela couvre la majeure partie de la différence de coût (ce qui augmente les revenus). Cet avantage nous permet également de nous assurer que nous ne prolongeons pas l’intervalle de temps. Contrairement à un intervalle multiplex qui dure au moins 15-20 minutes, Picturetime limite l’intervalle de temps à un maximum de cinq minutes.

«Avec cet argent supplémentaire (d’un meilleur emploi), traçons une ligne. Il est injuste envers le public de prolonger les intervalles. Je préfère avoir quatre à cinq émissions par jour plutôt que d’avoir des intervalles plus longs (ce qui se traduit par des revenus publicitaires plus élevés) mais des émissions limitées. Les gens ont besoin de regarder leur film lorsqu’ils font la queue pour des films. Les revenus publicitaires semblent très attrayants, mais nous devons tracer une ligne. Chez Picturetime, c’est strictement commercial pour nous – le business du cinéma -“, ajoute-t-il.

Des initiatives telles que Caravan Talkies ont également commencé à peu près au même moment que Picturetime et ont élargi le public des films indiens.

Leave a Comment

Your email address will not be published.